Certaines décisions d'achat nous engagent pour de nombreuses années : voiture, maison, choix d'un emploi, etc. Pour ce type de décisions davantage encore que pour d'autres, l'aspect durable doit être pris en compte. Cette section propose divers articles sur les achats de biens d'équipement dans une optique durable.

Achats à long terme : conseils et recommandations

Acheter une auto : prendre un crédit adapté

Crédit voiture

 

Les décisions en termes de logement >>

Idée d'investissement pour faire un cadeau intelligent : l'écran interactif tactile

Voir également : Le modèle de Keynes

Politiquement, Keynes n'est pas un révolutionnaire, il appartient à l'aristocratie anglaise éclairée. Il veut que soit amélioré le fonctionnement de l'économie libérale.
On quitte le monde dichotomique classique qui déconnecte les sphères réelles et monétaires. On entre dans une approche dite "intégrée". Keynes se base sur une économie d'incertitude : l'état de l'économie dépend de la façon dont les individus apprécient et évaluent leur environnement et le futur.

L'emploi ne correspond pas forcément à l'équilibre du marché du travail. L'emploi est fixé afin de réaliser l'activité prévue par les entrepreneurs. La monnaie ne sert pas uniquement à effectuer les transactions. Elle représente la liquidité par excellence. Le tx d'i de la monnaie se détermine sur le marché de la monnaie. Il dépend de la confrontation entre la demande, cad la préférence pour la liquidité, et l'offre exogène de monnaie.

Le modèle de Keynes concerne l'étude des mouvements de ct de l'économie. "Dans le long terme nous serons tous morts". Il considère que les anticipations sont volatiles. Il est donc impossible des les appréhender dans le cadre d'une rationalité économique. Mais elles existent. La solution consiste à les traiter comme des données exogènes au modèle. La révolution keynésienne commence par la prise en compte de l'incertitude. Keynes privilégie l'ajustement par les quantités plutôt que par les prix. Ce choix résulte largement de l'observation. Keynes constate que les prix et les salaires n'ont pas la parfaite flexibilité que suppose le modèle néoclassique. C'est dans le motif de spéculation qu'apparaît le caractère totalement novateur de Keynes : les agents demandent de la monnaie car sa détention offre de la flexibilité face au futur. La préférence pour la liquidité conduit à détenir de la monnaie qui ne rapporte rien. Il existe donc un coût d'opportunité de cette détention, qui s'évalue par le taux d'intérêt monétaire.